Madagascar

Un peu de géographie …

Madagascar est une île de l’océan indien, située à 400 kms des côtes africaines. C’est la 5ième île du monde en superficie avec près de 588.000 km2.  Madagascar est un magnifique terrain de jeu pour les botanistes, entomologistes et autres spécialistes … La population est d’environ 24 millions d’habitants. La capitale Antananarivo compte à elle seule près de 3 millions d’habitants.

Un peu d’histoire (récente)…

L’histoire récente de Madagascar est complexe, marquée par des changements d’orientation stratégiques et économiques au gré des gouvernements qui se sont succédés. Les influences étrangères ont elles aussi évoluées : la France, l’Union Soviétique, puis les USA. Malgré la pauvreté du pays et l’inégalité de la répartition des richesses, on peut noter le faible nombre de période d’affrontements violents. Colonie Française depuis 1896 (il y a eu jusqu’à 30.000 français présents dans les années 30), l’indépendance de Madagascar est prononcée le 26 juin 1960. Un accord de coopération avec la France permettra toutefois des échanges jusqu’en 1976. En 1975, Didier Ratsiraka (militaire) est élu président de la république et décrète la «République Démocratique de Madagascar». Il est proche du modèle soviétique jusqu’à la fin des années 1980 où il s’engage sur la voie d’un libéralisme prudent. Didier Ratsiraka restera président de la république jusqu’en 2002, avec une interruption entre 1993 et 1996 qui verra la présidence d’Albert Zafi (chirurgien). En 2002, c’est Marc Ravalomanana (industriel et maire d’Antananarivo) qui est élu président de la république. Il est réélu en 2006 pour une durée de 5 ans. En 2009,  la Haute Autorité de Transition (HAT) est créée, à la tête de laquelle Andry Rajoelina (lui aussi ancien maire d’Antananarivo), est nommé président de la république. En 2013, Hery Rajaonarimampianina (économiste, ancien ministre des finances) est à son tour élu pour une durée de 5 ans. Des élections auront donc lieu en 2018.

Le système de santé…

Le système de santé est accessible à tous en théorie. Son niveau de performance est en général faible et ses moyens dérisoires. Les soins sont quasiment gratuits dans les dispensaires, ainsi que quelques médicaments de base. La faible participation restant à la charge des familles se révèle souvent beaucoup trop importante pour elles, ce qui empêche de fait l’accès aux soins d’un grand nombre de personnes. A côté de ce système public, se développe bien sûr un système privé réservé à une minorité.

La situation économique actuelle…

Le salaire minimum est de 23€/mois. 90% des malgaches vivent sous le seuil de pauvreté d’après la banque mondiale. L’inflation est importante. La monnaie locale (Ariary) se dévalue. Son cours approche en début 2018 4.000 Ar/1€. Il était de 2.800 Ar/1€ en 2010. Beaucoup de choses sont importées à Madagascar, dont les carburants et le riz. La flambée des coûts de transport pénalise la population. Le riz, nourriture principale des malgaches a été multiplié par 4 ou 5 en 10 ans. Le revenu par habitant est actuellement inférieur d’un tiers à ce qu’il était au moment de l’indépendance (en 1960)… Rien ne prédestinait la Grande île à un tel destin. C’est ce qu’affirment trois chercheurs de l’IRD (Institut pour la Recherche et le Développement) en parlant de «l’énigme et du paradoxe malgaches» dans leur ouvrage «Economie politique de Madagascar». Avec un PIB de moins de 400 dollars par habitant en 2016, Madagascar, cinquième pays le plus pauvre du monde, est l’un des rares pays à s’être appauvri depuis son indépendance alors qu’il n’a connu aucune guerre ni aucun conflit majeur.

Le pouvoir d’achat des malgaches a perdu un tiers de sa valeur entre 1950 et 2015. Cette contre-performance économique malgache apparaît d’autant plus aberrante que le pays est riche en ressources naturelles, en capital humain et raisonnablement doté en terres arables. A l’époque de l’indépendance, Madagascar avait pourtant tous les atouts apparents pour réussir son décollage économique : unité linguistique et homogénéité culturelle, forte identité nationale, bon niveau d’éducation (dans les villes). Le pays bénéficiait d’un climat varié, d’une riche biodiversité. Ses frontières naturelles le mettaient à l’abri des conflits extérieurs. L’État présentait alors de nombreux acquis organisationnels (centralisation étatique, bureaucratie, travaux d’irrigation, fiscalité, etc.) qui étaient autant de facteurs de croissance potentiels. Selon ces trois chercheurs, la désastreuse performance économique de Madagascar ne peut s’expliquer par les seuls choix de politiques économiques. Le pays a exploré successivement la plupart des options économiques disponibles, le «socialisme à la malgache» des premiers gouvernements Ratsiraka (économie administrée ou capitalisme d’Etat), puis une politique libérale «économie de marché/ajustement structurel/lutte contre la pauvreté» conforme aux vœux du FMI et de la Banque Mondiale. Actuellement, 78% de la population malgache habitent dans les zones rurales, oubliées du pouvoir central. Et le sort des 22% qui vivent dans des villes n’est souvent pas plus enviable. Les blocages de la société malgache sont d’abord d’ordre interne. Ils tiennent en bonne partie au maintien dans le temps d’un ordre social profondément inégalitaire dans lequel les statuts et lieux de naissance conditionnent fortement le devenir des individus. «Si la trajectoire économique de Madagascar est une énigme, c’est aussi un paradoxe… ». A de nombreuses reprises, le pays a semblé enclencher un cycle de croissance et une ébauche de décollage, ceux-ci se sont finalement terminés par une crise politique majeure qui a remis en cause la dynamique positive amorcée».  Le déclenchement d’une nouvelle crise peut intervenir à tout moment. «La société malgache semble traversée de contradictions, parmi lesquelles figure l’opposition entre l’attachement au respect de l’autorité avec une sacralité du pouvoir, et l’adhésion aux principes démocratiques». Une contradiction permanente qui explique en partie les crises politiques répétées de la Grande île, selon les chercheurs.

Commentaires récents
Latest Posts
Categories